Langue
La Clau
La région Languedoc-Roussillon remet la pression pour un lycée à Argelès
Langue

La Région Languedoc-Roussillon revient à la charge au sujet du « Lycée d’Argelès », un projet lancé dès 1992 par une association, « Dessine-moi un lycée », qui avait réuni plusieurs milliers de signatures favorables, et rallié la plupart des maires du secteur, toute tendances mêlées. Aujourd’hui, un « Collectif pour le lycée Emile Combes » défend l’établissement, auquel la Région a donné un nom pour lui donner corps. Sur cette même stratégie de communication, l’institution montpelliéraine, est présente ce jeudi après-midi sur l’emplacement du projet, choisi par la Ville d’Argelès, près de l’ancien village de Taxo d’Avall. Le président régional, Georges Frêche, et Max Lévita, vice-président délégué à l’enseignement secondaire, présentent une « programmation » du projet, qui devrait offrir à « 1200 lycéens des cantons de la Côte Vermeille et d’Argelès-sur-Mer », soit une vingtaine de communes, un « lycée polyvalent de proximité », d’après la communication régionale. Le Lycée d’Argelès, qui confronte deux pouvoirs dans un cadre décentralisé, oppose la région Languedoc-Roussillon et le Rectorat de Montpellier, qui a validé le Lycée Rosa Luxembourg de Canet, ouvert en 2007, mais a refusé un lycée argelésien, pour la dernière fois en février 2009.

Partager