Langue

Dans le débat sur l’avenir de la Catalogne, le Parti Socialiste de Catalogne (PSC), non-indépendantiste, créer une brèche en Espagne. Cette formation fédéraliste défend désormais un statut fiscal particulier, pour mieux gérer les finances publiques de la Catalogne du Sud. Ce territoire auteur de 20% du PIB espagnol ne recevant pas 20% des moyens publics reversés par Madrid, un «pacte fiscal» inspiré du Pays basque du Sud a été réclamée en 2012 par le président catalan, Artur Mas. Le refus du gouvernement espagnol a dynamisé le mouvement indépendantiste. Trois ans plus tard, le PSC se résout à défendre cette solution qui permettrait de conserver la Catalogne au sein de l’Espagne. Mais, mardi 11 août était révélée l’opinion des grandes fédérations socialistes espagnoles, comme celle d’Andalousie, dont la secrétaire générale, Verónica Pérez, condamne toute «inégalité entre les citoyens». Son homologue en Castille-La Manche, Emiliano García-Page, est sur la même ligne. Le secrétaire général national Pablo Sánchez, assiste à de fortes oppositions entre les siens, car le catalanisme le plus léger incarné par le PSC est trop fort pour le socialisme espagnol.

Partager

Icona de pantalla completa