Langue
La Clau
La politique intervient dans l’affaire de l’immeuble écroulé de Perpignan
Langue

L’effondrement d’un immeuble dans le quartier Saint-Mahieu de Perpignan, occasionnant la mort d‘un homme de 79 ans, samedi, interpelle par communiqués le groupe municipal gauche-Modem Union pour Perpignan de Jean Codognès et Clotilde Ripoull, qui avertit « des vies sont en danger à Perpignan », rappelle qu’il s’agit du troisième immeuble effondré en centre-ville depuis 2006, affirme en connaître d’autres « qui menacent ruine ou sont totalement insalubres, dans les quartiers St Jacques et St Matthieu » et exhorte le maire Jean-Paul Alduy « de recenser dès lundi tous les immeubles insalubres et menaçant ruine ». Pour sa part, le conseiller municipal Front National Louis Aliot lance : « Il est bien évident que la Mairie ne porte pas seule la responsabilité », partagée selon lui par « les socialistes du Conseil Général chargé du social », et observe les « politiciens locaux (…) se satisfaire de cette situation dans la mesure où ces populations me paraissaient être des réservoirs électoraux pour le Conseil Général et la mairie de Perpignan ». Ironie ce drame, l’immeuble en question était promis à une réhabilitation, tandis que la causalité se renforce entre l’effondrement, survenu au n°23 de la rue du Puits des chaînes, et un chantier en cours au n°25.

Partager