Langue

Le candidat divers gauche aux élections régionales Georges Frêche happe l’attention médiatique de la précampagne en flirtant désormais avec l’antisémitisme. En effet, selon l’hebdomadaire l’Express de ce jeudi, le président de la région Languedoc-Roussillon, visant l’ancien premier ministre Laurent Fabius, candidat aux mêmes élections, a récemment déclaré « il a une tronche pas catholique ». Martine Aubry, secrétaire général du Parti Socialiste, qui a démis M. Frêche en 2007 pour des propos sur le nombre d’hommes noirs en équipe de France de Football, condamne sans réserve cette phrase, que l’entourage de l’intéressé ne dément pas. Pour sa part, le conseiller régional communiste et catalan du Languedoc-Roussillon, Philippe Galano, dénonce un « populisme » de genre « nauséabond » et demande aux quatre vice-présidents PC de la région, Jean Claude Gayssot, Josiane Collerais, Jean-Paul Boré et Henri Garino, fidèles à M. Frêche, de quitter sa liste. Enfin, le Front National dénonce un détournement de l’attention des électeurs visant à gommer un « bilan calamiteux » du polémique président, que le parti d’extrême droite illustre par « 160 % d’augmentation des impôts régionaux en 6 ans » et « 100 millions d’euros annuels dépensés en communication ».

Partager