Langue

Le Parlement de la Communauté autonome espagnole du Pays Basque, qui comporte 75 sièges, verrait croître sa majorité nationaliste en cas d’élections. Cette conclusion est celle d’une étude publiée le 27 décembre par l’Université du Pays Basque, qui pronostique 35% des voix et 29 sièges pour le centre-droit représenté par le Parti Nationaliste Basque (PNB), qui en détient actuellement 27. La fédération de partis de gauche indépendantistes EH Bildu obtiendrait 26% des voix et 23 sièges, contre 21. En revanche, parmi les formations politiques nationales espagnoles, le Partido Popular, au pouvoir à Madrid, afficherait 10% et perdrait jusqu’à 2 sièges sur les 10 dont il dispose, tandis que les 16 députés socialistes ne seraient plus que 14, voire 12, totalisant 16% des bulletins.

Interrogée, le 29 décembre, sur le processus d’émancipation politique catalan, la dirigeante du PNB María Eugenia Arrizabalaga a exclu toute « déclaration unilatérale d’indépendance » au Parlement basque, mais reconnu un « désir » d’indépendance, pondéré par des méthodes « pragmatiques ». Cette députée en vue, qui s’exprimait sur la station publique Radio Euskadi, a cependant revendiqué un besoin de « davantage d’auto-gouvernement », terme selon lequel les partis nationalistes des régions historiques espagnoles nomment les degrés d’autonomie supérieurs.

Partager