Langue
La mairie de Perpignan veut supprimer le passage à niveau de Mailloles
Langue

Parmi les 67 points à l’ordre du jour, le conseil municipal de Perpignan, prévu ce jeudi 16 décembre à 17h, aborde la suppression du passage à niveau du quartier de Mailloles (PN419). Ce point de jonction rail-route, à la lisière du quartier Saint-Martin, doit faire l’objet d’une convention de financement visant une étude d’opportunité. La faisabilité d’un passage dénivelé, en concertation avec SNCF Réseau, est notamment envisagée pour mettre fin aux dangers potentiels et aux ruptures de flux de circulation routières liés à cette barrière située avenue Victor Dalbiez. La conseillère municipale adjointe à l’Urbanisme, Soraya Laugaro, a la charge de présenter cette démarche, incluse dans le volet “Aménagement-Urbanisme” de cette séance publique.

Il y a loin de la coupe aux lèvres, l’étude qui doit être lancée précédera les étapes d’usage, avant un chantier libératoire pour de nombreux usagers. Le financement de ce projet sera assuré dans le cadre du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (N-PNRU), qui lie la Ville de Perpignan à l’État jusqu’en 2024, via la préfecture des Pyrénées-Orientales.

Un autre point sensible, au Chemin de la Fauceille

Le passage à niveau de Mailloles est redouté par de nombreux habitants et usagers, dont des parents d’élèves du collège Sévigné, qui réclament depuis plusieurs années des aménagements pour sécuriser les lieux. Aucun incident récent n’y est déploré, à l’inverse de l’autre passage à niveau perpignanais, situé à la jonction entre le chemin de la Passió Vella et celui de la Fauceille, près du secteur des concessionnaires automobiles (PN420). Là, en février 2020, une automobiliste a vu les barrières se refermer sur son véhicule. S’étant engagée par imprudence sur la voie ferrée, elle est parvenue à enclencher la marche arrière pour éviter le pire.

Suite à l’accident de Millas entre un train et un autocar de collégiens, le 14 décembre 2017 au passage à niveau de Millas, quatre lieux comparables ont été classés à risque par les services de l’État en Pays Catalan. Outre les deux passages perpignanais, on en dénombre un à Salses (PN 412) et un autre à Rivesaltes (PN413).