Langue

Dans un élan de solidarité nationale, la mairie de Perpignan a signalé par communiqué, le 23 janvier, sa volonté de soutenir les otages français retenus à travers le monde. Dans ce sens, la façade principale de l’Hôtel de Ville sera dotée dès le vendredi 25 janvier d’une bâche dédiée, lors d’une cérémonie prévue en présence des autorités municipales. Ce geste, sur l’exemple d’initiatives semblables mises en place à Nîmes et à Nantes, constituera un soutien aux neuf otages français actuellement répertoriés, notamment enlevées au Niger et au Mali entre 2010 et 2012. Selon la mairie, le maire Jean-Marc Pujol et son équipe « n’oublient pas ces
hommes et ces femmes retenus contre leur gré, au détriment du respect
fondamental des droits de l’homme »
. Les élus affirment également leur « attachement sans faille à la liberté individuelle, aux droits fondamentaux inhérents à tout être humain ». Précédemment, en juillet 2010, la mairie de Perpignan avait signalé son soutien aux journalistes de la chaîne France 3 retenus en Afghanistan, après avoir procédé de la même manière, en 2005, afin d’agir symboliquement pour le retour en territoire français de la journaliste Florence Aubenas, enlevée en Irak.