Langue

Les obsèques de Christian Bourquin, président de la Région Languedoc-Roussillon, se sont déroulées ce vendredi 29 août à Millas, en Roussillon. Cette cérémonie civile, organisée en plein air pour accueillir la foule venue saluer l’ancien maire, a comporté des oraisons familiales et politiques, locales ou régionales. Elle a surtout reçu les propos de Manuel Valls. Le Premier ministre, plus haute personnalité présente, a débuté son intervention par de grandes garanties républicaines, pour une assistance à laquelle s’ajoutaient les audiences de France 3 et du quotidien L’Indépendant. Puis le chef du gouvernement, habituellement transparent dans son image publique, a décrit la « Catalogne, celle du Nord ». Il s’est adressé au défunt « de català a català » (de Catalan à Catalan).

Un Premier ministre qui dit « Adéu »

Si l’article 1 de la Constitution stipule que « la langue de la République est le français », l’approche ministérielle, parfaitement inédite, se situe aux antipodes des intervenants précédents. Michel Moly, premier vice-président du Conseil général des Pyrénées-Orientales, dont la langue française trahit une pratique native du catalan, souligne cet inverse exact. Libéré des renoncements anciens qui proscrivaient le catalan des micros, sauf pour chanter ou blaguer, le Premier ministre a clôt ses phrases par un « adéu » (au revoir), après des précedesseurs usant d’un français à prosodie catalane. Offrant une dignité inattendue à la langue de Ramon Llull, dans un nouveau libéralisme culturel, Manuel Valls a dépoussiéré les valeurs républicaines sans concessions. Fort d’un accent parisien estimé comme supérieur, loin de la catalanité rétrograde et rurale, l’homme qui souhaiterait étalonner la France aux standards européens avait été piégé à Perpignan, en 2012, en matière linguistique. Il s’est littéralement lâché à Millas, sur un malentendu. En effet, le fin politique Christian Bourquin savait défendre « L’accent catalan » et démultiplier le drapeau-logo du Conseil général, pour un savant évitement de la langue catalane.

Obsèques de Christian Bourquin à Millas (France 3)

Partager