Langue

Le projet de déviation nord de Marquixanes, dans la région du Conflent, fait l’objet d’un avis défavorable rendu par la commission d’enquête dédiée, suite à la consultation qui s’est finalisée le 10 septembre. Cette information est l’occasion pour Europe Ecologie–Les Verts (EELV) de demander la suppression pure et simple du projet. David Berrué, porte-parole du parti dans les Pyrénées catalanes, lance “cessons de penser déviation, imaginons d’autres solutions !”, dans un communiqué en date de ce jeudi 4 novembre.

Lire aussi:
Les Verts trouvent “délirant” le projet d’Aéroport d’Andorre

La nouvelle route, d’un montant de 30 millions d’euros, est vouée à fluidifier le trafic sur l’axe Perpignan-Prades et Perpignan-Font-Romeu, notamment dans le cadre de l’exploitation des stations de sports d’hiver. Cet aménagement induirait des “investissements disproportionnés par rapport à son utilité et eu égard à ses impacts humains, urbains et environnementaux”, dénonce le parti vert.

Les Verts surveillent le préfet Étienne Stoskopf

La portion de route envisagée serait une nouvelle portion de la route nationale 116, en contournement du village de Marquixanes. Cette réalisation ne peut pas être considérée “d’utilité publique”, selon EELV, qui dénonce carrément le préfet des Pyrénées-Orientales, Étienne Stoskopf. Elle le tient responsable de la poursuite d’une logique “aménagiste” et restera vigilante : “le préfet peut passer outre cet avis de la commission d’enquête”.

En guise d’alternative, les Verts suggèrent une amélioration du franchissement de Marquixanes en conservant l’emprise actuelle de la RN116,en sécurisant la circulation dans le village, tout en protégeant les piétons et les cyclistes.

Lire aussi :
Vers un nouveau dommage paysager, à Codalet ?

Partager

Icona de pantalla completa