Langue

Dans la cadre de la précampagne pour les élections générales de Catalogne du sud, prévues le 28 novembre, le candidat Joan Laporta a effectué ce lundi à Barcelone une série de déclarations qui tendent à clarifier son message. L’ancien président du FC Barcelone, candidat du mouvement Solidarité Catalane pour l’Indépendance, qui prône un Etat catalan intégré à l’Union européenne (UE), a déclaré qu’une telle éventualité transformerait le territoire en « quatrième puissance de l’Union ». Cet argument économique, nouveau dans le débat sur l’indépendance, marque une rupture avec les anciennes stratégies, inspirées de revendications souvent historiques, liés à l’ancienne souveraineté catalane, perdue en 1714. Joan Laporta, qui cherche réunir l’ensemble du vote indépendantiste, traditionnel et nouveau, souhaite également que le catalan devienne la seule langue officielle du territoire, tout en soulignant l’intérêt d’une société « polyglotte », composée de citoyens maîtrisant « l’espagnol, le français et l’anglais ». L’ancien chef de file du Barça, qui s’est penché sur l’intégration d’un Etat catalan à l’UE, considère que les grandes multinationales resteraient en Catalogne en cas d’indépendance, car elles seraient attirées par le potentiel économique. Il s’est enfin exprimé sur la perception de l’UE, satisfaite de disposer d’un « Etat sérieux au sud de l’Europe, qui manque à l’heure actuelle ».

Partager

Icona de pantalla completa