Langue

Dans sa conquête d’indépendance politique, le gouvernement catalan emploie la séduction internationale, notamment en France, où l’Institut d’études politiques Sciences Po Paris a accueilli une conférence sur le processus actuel, le 7 juin 2013. Un véritable plan de charme envers l’Hexagone, organisé par le Conseil de Diplomatie Publique de Catalogne, Diplocat, avait comporté un acte déterminant, quatre jours auparavant, lorsque le président du gouvernement catalan, Artur Mas, a proposé au président de la SNCF, Guillaume Pepy, de choisir son entreprise pour prendre en charge les trains de banlieue de Barcelone. Cet important marché, géré par la société ferroviaire espagnole RENFE, s’ouvrira à la concurrence en 2016, dans le contexte européen de libéralisation. Cette action organisée depuis Barcelone s’inscrit dans un ensemble, dont la partie immergée comporte un intense travail d’information, déployée en plusieurs langues, notamment l’anglais et le chinois. Concernant la France, la tradition diplomatique du pays, intacte malgré le décrochage économique, indique un rôle majeur dans l’éventualité d’une émancipation catalane, que Paris soutiendrait ou réfuterait, en prescripteur d’opinion européen voire mondial..

« Pas d’exclusion de l’Union européenne »

Sur cette lancée, une nouvelle conférence était organisée le 31 janvier 2014 à Toulouse. Le porte-parole du gouvernement catalan, Francesc Homs, a eu l’occasion d’y communiquer l’esprit du « Droit à décider« , orienté vers un référendum prévu le 9 novembre 2014. Cette intervention, organisée à Sciences Po, a permis de renforcer le lobbying catalan auprès du professeur agrégé de droit public Jean-Bernard Auby, responsable de la chaire Mutations de l’action publique et du droit public. Celui-ci, écartant tout futur bannissement européen envers Barcelone, a défendu l’idée d’une « solution pragmatique » concernant l’inclusion d’un Etat catalan dans l’Union européenne, car « les Catalans sont des citoyens européens ». Aux côtés de Philippe Raimbault, directeur de Sciences Po Toulouse, cet ancien doyen de la faculté de droit de l’Université Paris XII a ainsi fourni un appui intellectuel français au processus en cours. Diplocat, qui sera présent dans quelques jours à Lisbonne, est intervenu ces derniers mois à Londres, Séville et Upsal, dans la région de Stockholm.

Partager

Icona de pantalla completa