Langue

S’exprimant sur son blog il y a moins de 24 heures, le président PS du Conseil Général des Pyrénées-Orientales livre son avis sur le séisme politique dont les secousses s’amplifient, 9 jours après l’annonce de l’invalidation par le Tribunal Administratif de Montpellier de l’élection de Jean-Paul Alduy, qu’il nomme « l’actuel encore Maire de Perpignan » puis qualifie de « sablier-Maire », dont le propre blog s’avère par ailleurs fort muet. M. Bourquin évoque par un « grand n’importe quoi » les irrégularités, révélées hier, relatives aux émargements établis avec des croix au lieu de signatures sur les registres électoraux, puis semble indiquer une forme de pré-campagne électorale dans une implicite présence, voire popularité urbaine « J’écoute ces femmes et ces hommes interloqués ». Le président du Pays Catalan évoque enfin la situation municipale et territoriale par un vibrant « notre ville chef-lieu (…) mérite qu’on lui fasse honneur, qu’on la porte vers des projets sincèrement pensés et mis en œuvre pour le bien-être de ses habitants, pour le bien-être de tout un territoire ».

Partager

Icona de pantalla completa