Langue

6 mois après la soirée électorale explosive du 17 mars à Perpignan, le Tribunal Administratif de Montpellier s’est enfin prononcé ce matin aux alentours d’11h15 : les Perpignanais ne devraient pas repasser devant les urnes. Le commissaire du gouvernement a en effet recommandé de rejeter les deux recours déposés par la « Gauche unie » menée par Jacqueline Amiel-Donat et par la liste du Front National, menée par Louis Aliot. Si le tribunal languedocien a prévu d’examiner la recommandation du commissaire avant de rendre son jugement le 7 octobre, la probabilité en pareils cas penche vers l’indication première. Cette éventualité pourrait valider le 4ème mandat de Jean-Paul Alduy et dissiper le climat de soupçons installé lors des Conseils Municipaux perpignanais, à moins qu’à l’inverse du candidat FN, plus distant envers l’affaire dite « de la chaussette », la détermination de Mme. Amiel-Donat n’entraîne une requête en haut-lieu, probablement « jusqu’au Conseil d’Etat », comme celle-ci l’indiquait précisément à La Clau le 12 septembre dernier lors d’une visite à Paulilles.

Partager

Icona de pantalla completa