Langue

Le président de l’Agglomération Perpignan Méditerranée, Jean-Paul Alduy, se déplace en Chine ce 31 mai pour y promouvoir l’ensemble de 36 communes dont il a la charge. Ce voyage est une invitation du député-maire socialiste de Grenoble et président de l’Association des maires des grandes villes de france, Michel Destot. Premier vice-président de cette structure, l’ancien maire de Perpignan figure aux côtés de Jean-Claude Gaudin, maire UMP de Marseille, ou encore d’Alain Juppé, maire UMP de Bordeaux et Michel Delebarre, maire socialiste de Dunkerque. La encontre avec une quinzaine de maires chinois, dont deux de Shanghai et Yangzhou, et une table-ronde intitulée « Une croissance économique partagée », sont au programme. L’agenda de Jean-Paul Alduy comporte également des rendez-vous d’économie stricte en compagnie d’industriels, opérateurs touristiques ainsi qu’entrepreneurs des secteurs agro-alimentaire et viticole chinois.

Critiques de Christian Bourquin et Louis Aliot

L’intérêt de Jean-Paul Alduy pour la Chine s’est notamment manifesté en décembre 2012 par la signature d’une convention entre le Conservatoire de Perpignan et le Dalian Art College, situé au Nord-Est de la Chine. Mais ce voyage d’affaires voué à positionner le Pays Catalan dans la mondialisation est critiqué par le leader du Front National dans les Pyrénees-Orientales, Louis Aliot, pour lequel le « grand humaniste » Alduy devrait s’intéresser davantage aux « Droits de l’Homme » en Chine. Pour sa part, le président de la Région Languedoc-Roussillon et ancien président du Conseil général des Pyrénées-Orientales, Christian Bourquin rappelle s’être déplacé lui aussi à Shanghai, en 2005. Il insiste sur son « avance » asiatique, sans précision de résultats concrets.

Partager