La Clau
Alduy et Frêche, la mano en la mano à Perpignan

La sympathie mutuelle était manifeste, ce lundi, au siège de la Communauté d’Agglomération Perpignan-Méditerranée (PMCA), entre son président, Jean-Paul Alduy, du Parti Radical associé à l’UMP, et le président ex-PS de la région Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, qui ont signé le 5ème contrat territorial entre les deux institutions. Ce contrat, prévu en juin, mais repoussé en raison d’élections municipales à Perpignan, porte sur une aide de 5.062.851 euros, allouée à hauteur de 2,55 millions au patrimoine et à la Culture, dont 1,5 millions à la construction du Théâtre de l’Archipel, ou encore 234.308 euros de soutien à la vie sociale. Mais en coulisse, l’ambiance était éloignée des chiffres, cette visite de M. Frêche étant boycottée par trois vice-présidents de PMCA, proches de M. Alduy, les députés UMP François Calvet et Daniel Mach, ainsi que Jaume Roure, président du parti autonomiste Unitat Catalana. Si MM. Alduy et Frêche apprécient de longue date leurs intelligences respectives, l’UMP des Pyrénées-Orientales a été désarçonnée. Dès vendredi, M. Calvet tentait de soulever une forme d’irrégularité à l’égard de la présence du président languedocien, en signalant par communiqué que celle-ci se déroulerait « une semaine après le démarrage de la période électorale » relative aux élections régionales de mars 2010.

Partager

Icona de pantalla completa