Langue

Le président d’honneur du Front National, Jean-Marie Le Pen, convoqué ce lundi 4 mai en fin d’après-midi par le bureau exécutif du parti, a préféré ne pas se présenter au rendez-vous. Le leader d’extrême droite, qui devait répondre de ses récents écarts idéologiques autour du régime de Vichy, s’est déclaré « désavoué », mais il n’abandonnera pas la vie politique. Suspendu de son statut d’adhérent, il verra le bureau exécutif du parti convoquer « dans les trois mois » une assemblée générale extraordinaire visant à supprimer la fonction de président d’honneur, selon un communiqué. Dans les faits, Jean-Marie Le Pen devrait continuer de s’exprimer en son propre nom, d’autant qu’il détient les fonctions électives de député européen et de conseiller régional de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il affirme soutenir « bien sûr » sa fille, Marine Le Pen, dans son rôle de « présidente du FN », mais l’ambiguïté persiste car une « exclusion de parole » proposée à son endroit par le député Gilbert Collard, apparenté FN, serait impossible à instaurer. Jean-Marie Le Pen, réputé « bon client » par les médias audiovisuels, constitue une attraction politique à lui seul.

Partager

Icona de pantalla completa