Langue

Sur son blog officiel, le Maire UMP de Perpignan et président de la Communauté d’Agglomération Perpignan Méditerranée, Jean-Marc Pujol, s’est fendu le 9 août d’un commentaire singulier. Il a opiné sur l’opposition du président du Parti des Radicaux de Gauche (PRG), Jean-Michel Baylet, à la réforme territoriale. Selon son analyse, la volonté populaire de « davantage d’efficacité et plus d’influence », que garantiraient des Régions redéfinies, se situe à l’opposé des désirs du sénateur du Tarn-et-Garonne, décalé avec le réel. Ce dernier évoque un « désaccord grave et profond » face au changement promis, tandis que les trois ministres PRG du gouvernement démissionneront si Manuel Valls et François Hollande enclenchent la réforme.

Une opinion sur le futur propriétaire du journal L’Indépendant

La partie osée, mais prudente, du commentaire de Jean-Marc Pujol, réside dans la description du PRG comme une formation à « tradition » de « réseau d’influence, pour ne pas dire plus… » Cette affirmation, relativement courageuse dans un territoire largement dévolu aux différentes mouvances de la franc-maçonnerie, peut être clivante pour l’élu, à la tête d’une ville comptant 2.300 frères. Jean-Marc Pujol, dont les trois points de suspension sont peu énigmatiques, défend la visibilité, tout en pointant du doigt, dans une certaine prise de risques, le futur propriétaire du quotidien L’Indépendant. En effet, le titre toulousain la Dépêche du Midi, dont Jean-Michel Baylet est le patron, finalise actuellement le rachat du principal journal d’informations des Pyrénées-Orientales.

Partager