Langue

Les deux seules infrastructures communes en cours de construction entre la Catalogne du Nord et la Catalogne du Sud, l’Hôpital européen de Puigcerdà et l’abattoir d’Ur, inquiètent certains observateurs. Le 21 septembre 2012, le groupe d’opposition à la mairie de Puigcerdà Endavant Cerdanya a soulevé la question des délais de livraison de ces deux établissements, respectivement situés en territoire espagnol et français. Deux jours auparavant, le « Consell comarcal de la Cerdanya » approuvait une subvention d’urgence de 500.000 euros pour reprendre les travaux du futur abattoir, stoppés net faute de crédits. Cette apport est étonnant, car l’Union européenne a débloqué en décembre 2008 une coquette enveloppe de 20 millions de fonds Feder envers 26 projets transfrontaliers envisagés dans la région de la Cerdagne, dont l’hôpital et l’abattoir.

L’inquiétude d’Endavant Cerdagne survient dans un contexte de difficultés en Catalogne du Sud, dont le gouvernement assure 25% du financement et l’entière coordination de l’hôpital. Mais cette réalisation, en manque de lisibilité imputable pour cause de frontière de l’information persistante, reste promise pour la « mi-2013 », selon le ministre-conseiller de la Santé catalan, Boi Ruiz. De passage à l’hôpital de Puigcerdà, le 13 juillet, celui-ci affirmait que les coupes budgétaires opérées par le gouvernement catalan dans le secteur sanitaire épargneraient cet établissement. Tout en affirmant que le financement intégral était acquis et que le chantier était terminé, le conseiller précisait que seul manquait le matériel technique.

Partager