Langue

Le président espagnol José Luis Rodríguez Zapatero a défendu l’Espagne, ce jeudi, face aux critiques reçues par son pays après la publication des chiffres inquiétants de son niveau d’endettement. Depuis Washington, où il effectue un voyage, M. Zapatero a assuré que son pays est « solide » financièrement , tout en affirmant que son gouvernement s’attache à limiter le déficit public espagnol. Le leader socialiste espagnol, qui ne nie pas les grands défis économiques, a précisé que l’État espagnol, au contraire d’autres pays européens, dont la France, n’a pas eu recours à un emprunt d’Etat pour affronter la crise économique. Selon lui, cette stratégie est une « garantie pour l’engagement vers la réduction du déficit public ». Le président espagnol n’a pas caché que les analyses négatives concernant la situation espagnole l’ont fâché, étant donné que, selon lui, celles-ci ont rendu manifeste le «peu de connaissance» du pays, vu de l’extérieur. Alors que la bourse espagnole a clôturé ce jeudi par le niveau le plus bas depuis le 22 juillet 2009, avec une perte de 5,94%, suivie ce vendredi matin d’un nouveau recul de 2,5%, M. Zapatero considère que l’Espagne dispose d’un système financier «solide et fort» et qu’elle est « le seul pays développé dont toutes les banques ont été épargnées par la crise ».

Partager