Langue

Les promesses électorales du second tour des élections régionales en Languedoc-Roussillon ont alimenté un débat, ce mercredi soir, sur la chaîne de télévision montpelliéraine 7L TV. Interpellé au sujet de l’emploi sur le territoire, qui détient le record de France du chômage avec 12,7%, le président sortant, Georges Frêche, a remis en selle le « tuyau » d’eau du Bas Rhône, qu’il imagine arriver « à la frontière espagnole » dès 2016. Ce système, « Aquadomitia », pourrait ainsi acheminer le précieux liquide jusqu’en Catalogne du Sud, bien que son gouvernement en repousse le souhait. M. Frêche a promis que cette eau arriverait à « Perpignan », autour d’une date que l’on peut supposer être 2015, pour assurer « l’irrigation de la vigne », qu’il juge être une « nécessité absolue ». Les changements climatiques justifient déjà l’irrigation dans de rares domaines viticoles du Roussillon, notamment par goutte à goutte, dans une politique rendue possible par un décret de décembre 2006. Cette solution à la déshydratation du raisin, actuellement davantage appliquée dans les départements de l’Aude et de l’Hérault, constitue un appel stratégique majeur en Pays Catalan, où le vignoble, tout en étant rogné par l’urbanisation, reste une attache culturelle et électorale.

Partager