Langue

La liste « Europe Ecologie », qui partira seule aux élections régionales dans les Pyrénées-Orientales et dans la région Languedoc-Roussillon, sans alliance au premier tour avec le PS, a entamé cette semaine une série de réunions publiques. Ce jeudi soir à Thuir, en plaine du Roussillon, les militants écologistes, autour de la tête de liste Agnès Langevine, ont évoqué l’enjeu énergétique territorial en visant la politique de Georges Frêche, actuel président régional, avec lequel « la filière éolienne a été politiquement abandonnée » tandis que l’institution « sous-exploite l’énergie solaire et la biomasse », d’après un communiqué de la coalition. Ce vendredi soir, la liste brandit une carte écologiste vintage en invitant dans la ville de Céret plusieurs catalanistes de gauche, dont un représentant du parti indépendantiste Esquerra Republicana de Catalunya et une personnalité liée au collectif Non à la THT. Par ces temps de conscience uniquement médiatique des problèmes environnementaux, c’est à dire d’amnésie des menaces de proximité, ce forum évoquera les « luttes passées », dont les menaces nucléaires sur le site côtier de Paulilles, effacées de la mémoire officielle. L’intitulé en est « 30 ans de luttes en pays catalan, et demain ? »

Partager