Langue
La Clau
Europe Ecologie conteste le plan régional anti-inondations sur le Tech et l’Agly
Langue

La politique régionale de prévention contre les inondations présentée le 23 novembre par le président du Languedoc-Roussillon, Christian Bourquin, irrite « Europe Ecologie (EE) Les Verts Pays Catalan ». Ce vendredi, la porte-parole du parti écologiste, Agnès Langevine, s’est fendue d’un communiqué dénonçant une « goutte d’eau » du président régional, rappelant que des « dizaines de maisons individuelles, souvent de plain-pied, sont en zone inondable », et soutenant le pire : « on continue à (y) construire en contrant au maximum les Plans de Prévention des Risques d’Inondations (PPRI) ». Prenant le président sur sa proche gauche, la responsable d’EE a visé la « rente foncière de privilégiés » comme raison d’un développement immobilier sur des zones menacées de la plaine du Roussillon. Mme Langevine a aussi jugée « ridicule » une somme de 500.000 euros affectée à l’aménagement du fleuve du Tech, à Arles-sur-Tech et au Boulou, alors que l’inondation meurtrières d’octobre 1940, l’Aiguat, « reviendra un jour », en raison du « réchauffement climatique », de la « déprise agricole » et une « artificialisation des sols ».

Au sujet des débordements prévisibles du fleuve de l’Agly, dont la furie de novembre 1999 reste inscrite fraîchement dans les mémoires, la porte-parole verte a dénoncé des risques « ignorés par les habitants de bon nombre de lotissements nouveaux », mauvais connaisseurs de la climatologie du Roussillon, tout bonnement trompés. Europe Ecologie se penche aussi sur les grandes orientations budgétaires de l’Etat, en pointant du doigt les 500 millions investis dans la 3ème voie de l’autoroute A9 « dont on a pas besoin » de Perpignan au Perthus, et aux 700 millions nécessaires à l’aménagement du passage en Roussillon de la ligne à Très Haute Tension (THT). Selon le parti écologiste, cette même somme pourrait financer la réhabilitation de « 60.000 logements d’avant 74 » et ainsi « diviser par 3 la facture énergétique ». Au-delà des 740.000 euros investis par la Région Languedoc-Roussillon au titre de la prévention contre les inondations en Roussillon, Mme Langevine doute de la « sincérité » du président Bourquin, qu’elle a jugé feindre de « s’intéresser au sort des dizaines de milliers d’habitants du Roussillon qui verront un jour ou l’autre leur maison inondée, voire leur vie en danger ».

Partager

Icona de pantalla completa