Langue
La Clau
En Roussillon, l’aménagement des bords de fleuves s’invite dans les municipales
Langue

La mise à profit des berges des fleuves intervient dans la campagne des élections municipales dans les Pyrénées-Orientales, notamment dans la commune d’Elne. Opposant de Nicolas Garcia, le maire communiste sortant , le candidat sans étiquette Yves Barniol suggère l’aménagement des abords du fleuve du Tech, sur les 4,5 km séparant la partie urbanisée de la commune de sa jonction maritime le bocal du Tech. Pour sa part, le maire UMP sortant de Perpignan, Jean-Marc Pujol, propose l’aménagement d’une rambla de bois, en surplomb de la rive Nord de la Têt. En contrebas, les bords du lit du fleuve bénéficieraient d’un conditionnement superficiel, en vertu de la possibilité de crues.

« Près de 20 km aménagés » jusqu’à la mer

Ce projet défendu par le favori du scrutin serait à prolonger sur 7 km jusqu’à la mer, à Canet-en-Roussillon, mais il naîtrait en amont de Perpignan. En effet, le programme municipal du maire sortant du Soler, François Calvet, encourage à « faire entrer la nature » dans la commune en la transformant en « point de départ de l’aménagement des berges de la Têt, rive gauche ». Sans ‘gros investissement », une voie piétonne et cyclable « de près de 20 kilomètres » jusqu’à la mer deviendrait un « lieu touristique fréquenté », selon la volonté du sénateur et président de l’UMP des Pyrénées-Orientales. Un « tourisme vert » et des avantages éducatifs découleraient de ce véritable « parc », financé par Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération.

Partager

Icona de pantalla completa