Langue

Les principaux partis politiques catalans embrassant l’ensemble du spectre politique, de la droite vers la gauche, CiU, ERC, ICV et la CUP, au poids certain puisque les trois premiers représentent 60% des sièges du Parlement de Catalogne, à Barcelone, mais aussi 15 députés au Parlement espagnol et 22 sénateurs au Sénat espagnol, se sont retrouvés ce samedi dans la salle de la ville d’Arenys de Munt, au Nord de Barcelone, où un référendum d’autodétermination est prévu le 13 septembre. Àngel Colom pour CiU, Anna Simó pour l’ERC, Jordi Fàbrega pour ICV et Francesc Ribera pour la CUP ont réaffirmé leur soutien à la consultation sur l’indépendance, dans une unité inédite depuis de nombreuses années. Ce soutien de poids intervient après l’annonce, par le maire de la localité, Carles Móra, de louer la salle municipale aux organisateurs pour contourner une décision de la justice espagnole, interdisant la consultation. Seule ombre portée au tableau de cette union sacrée, la coalition au pouvoir au gouvernement catalan, formée par les socialistes du PSC, membre du PSOE espagnol, l’ERC et ICV, s’oppose toujours à CiU, alors que la frange souverainiste au Parlement serait majoritaire et pourrait lancer une consultation semblable à plus grande échelle.

Partager