Langue
La Clau
Elections catalanes: le candidat Mas exige une fiscalité catalane intégrale
Langue

Le candidat de la coalition de centre-droit Convergence et Union (CiU), Artur Mas, grand favori des élections législatives catalanes de ce dimanche, a annoncé ce jeudi sa volonté d’arracher à Madrid dès 2012 le même statut fiscal que le Pays Basque du Sud et la Navarre, dénommé « Concert econòmic ». Selon la volonté du probable nouveau président, ce statut serait applicable dès 2013 en Catalogne. En vigueur au Pays Basque depuis 142 ans, il permet aux deux communautés autonomes d’Euskadi et de Navarre de lever et de gérer tous les impôts courants, avant d’en transférer une partie, pactée chaque année avec l’Etat Espagnol. Issue du carlisme, cette mesure ancienne est réclamée en Catalogne depuis 1898. Elle avait été abandonnée lors des négociations inhérentes à la transition post-franquiste, à la fin des années 1970, au profit de la mise en place de l’instruction publique exclusivement en langue catalane dès l’école primaire.

Selon le candidat Mas, ce statut d’autonomie fiscale a permis à l’économie basque de bien mieux appréhender la crise économique actuelle. Une telle avancée dans le degré d’autonomie permettrait, selon le candidat centriste, de « sortir la Catalogne du café pour tous », dans une référence directe à l’autonomie politique en place dans les 17 communautés geographiques espagnoles, et de « cesser de payer la grande fête du reste de l’Espagne ». L’argument de la spoliation fiscale de l’Espagne vis à vis de la Catalogne est en effet central dans cette élection, face à une crise économique sans précédent. Ainsi, le candidat indépendantiste du parti Solidarité Catalane et ancien président du FC Barcelone, Joan Laporta, a égrainé chaque jour dans ses spots de campagne, seconde par seconde, le montant du grief, qu’il évalue à 60 millions d’euros quotidiens au détriment de la Catalogne du Sud. L’instauration de ce statut, catégoriquement refusé par le premier ministre Zapatero, ce même jeudi à Barcelone, semble pourtant inéluctable. En effet, elle pourrait constituer une parade aux arguments indépendantistes, de plus en plus prégnants, officiellement incarnés à l’extérieur de CiU. Mais cette liberté fiscale catalane constituerait aussi une forme d’indépendance économique, probablement plus forte, au regard de l’évolution du monde, qu’une indépendance politique.

Partager

Icona de pantalla completa