Langue
La Clau
Election en majesté de Christian Bourquin à la tête du Languedoc-Roussillon
Langue

L’ancien président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales, Christian Bourquin, a été élu président du Conseil Régional du Languedoc-Roussillon, à 44 voix sur un total de 67. Il a ainsi attiré sur son nom l’intégralité des suffrages de la majorité de gauche de l’hémicycle languedocien, lors d’une séance plénière, à l’Hôtel de la Région, à Montpellier. L’ancien protégé de Georges Frêche concourrait sans étiquette, en vertu de son exclusion du Parti Socialiste en février 2010. Pour la première fois, un habitant du Pays Catalan accède à la tête de l’institution régionale, en représentation de 2,6 millions d’habitants. Mais alors que trois candidats étaient annoncés depuis ce dimanche, c’est-à-dire Stephan Rossignol, de l’UMP, et France Jamet, du Front National, la catalane Annabelle Brunet, pour le Nouveau Centre, a également tenu à participer. La conseillère municipale de Perpignan, qui fait partie des 13 élus du groupe UMP régional élu en mars dernier, a obtenu 3 voix, tandis que les candidats UP et FN obtenaient tous deux 10 suffrages. Christian Bourquin est désormais élu pour une durée de quatre ans, jusqu’aux prochaines élections régionales, en 2014. Il conservera cependant son bureau aménagé en 1998 à l’Hôtel du Département, à Perpignan, afin de superviser la prise de relais assurée à partir du 21 novembre par sa protégée, Hermeline Malherbe, invitée à lui succéder au Conseil Général.

L’événement, qui s’est déroulé de 9h30 à 11h20, s’est ouvert au son de la Marseillaise, face à une assistance levée, avant la projection d’un film-hommage à Georges Frêche. La cérémonie s’est conclue par l’inauguration d’une plaque et le dépôt d’une gerbe à la mémoire de Georges Frêche, dans le hall de l’hôtel de Région. L’ancien président régional, est décédé dimanche 24 octobre à 18h45 d’un arrêt cardiaque. Ses principales réalisations sont la création d’une « marque ombrelle » intitulée « Sud de France », qui référence 4700 produits du Languedoc-Roussillon, dont des vins, des productions agroalimentaires, des viandes, des fruits, légumes et produits de la mer. Christian Bourquin, dont la fidélité au mentor défunt a débuté en 1977, entend poursuivre son action, qui comporte en Pays Catalan la création d’un nouveau lycée en 2014 à Argelès, et un lobbying de tout instant pour l’accélération du dossier de la Ligne ferroviaire à Grande Vitesse entre Perpignan et Nîmes, régulièrement évoquée pour 2020, mais sans certitude. Le dossier « Aqua Domitia », qui concerne l’acheminement de l’eau du Rhône jusqu’au Roussillon, fait également partie des projets, déjà lancée, qui marqueront les prochaines années, avec à la clé une affectation à l’irrigation de la vigne. Christian Bourquin, 56 ans, est né à Saint Feliu d’Amont. Rentré au pays en 1989, il a pris la direction de la fédération catalane du Parti Socialiste en 1992, puis celle du Conseil général des Pyrénées-Orientales en 1998. Depuis l’annonce de son accession à la tête de la Région Languedoc-Roussillon, les observateurs s’interrogent sur la possibilité de changement d’attitude de Montpellier envers Perpignan. Après la présidence atone de Jacques Blanc, jusqu’en 2004, la politique de Georges Frêche a en effet comporté une centralisation des projets au bénéfice principal de la ville-capitale, sur le modèle centraliste français.

Partager

Icona de pantalla completa