Langue

La recomposition des communautés de communes du Pays Catalan ne s’effectue pas sans heurts, à l’instar de celle des « Aspres », dont les villages de Ponteilla et Llupia ont rejoint « Perpignan-Méditerranée » début 2010 sous la critique de leurs anciens alliés. Actuellement, le débat s’agite autour du choix de la commune de Casteil, opéré le 25 janvier, de quitter la mini-communauté « Canigou, Val Cady » au profit de celle du « Conflent ». Placé sous les foudres de la première, le maire de Casteil, Juliette Cases, a dénoncé ce jeudi des stratégies budgétaires communautaires qu’elle considère préjudiciables à Casteil, au profit de la capitale, Vernet les bains. « Val Cady », composée seulement des communes de Corneilla de Conflent, Vernet les Bains et Casteil, devant rejoindre la communauté du « Conflent » entre 2011 et 2014, Mme Cases a jugé inutile un projet d’ouverture de bureaux communautaires, et brocardé des « hausses tarifaires » concernant l’eau, l’assainissement et les ordures ménagères. Le premier magistrat, par ailleurs propriétaire du Parc Animalier du village, qui constitue son principal attrait touristique, a justifié cette rupture par rejet d’une « gouvernance autocratique », car selon elle, la commune de Casteil est « systématiquement » mise en minorité par les deux autres.

Partager