Langue

La campagne pour la conquête de la présidence de l’UMP, comportant plusieurs débats télévisés diffusés sur France 2, BFMTV et I-Télé, se traduit dans les Pyrénées-Orientales par une multiplication des soutiens aux différents candidats. Les premiers ralliements ont été exprimés en juillet, en faveur de Jean-François Copé, par le sénateur Fernand Siré et l’ex-député Daniel Mach. La branche jeune du parti, les Jeunes Populaires, montrait une préférence pour le même candidat, le 22 août. La préparation de cette course, dont le dépôt de candidatures est fixé au 18 septembre, préalablement à une campagne officielle du 5 octobre au 18 novembre, s’agrémente désormais d’une prise de position, pour François Fillon, de 22 élus et cadres de l’UMP en Languedoc-Roussillon, dont 5 du Pays Catalan.

Un engagement, accompagné d’une liste des soutiens, a été dévoilé par les intéressés le 30 août. Les élus des Pyrénées-Orientales en sont le maire de Saint-Cyprien et président de la communauté de communes Sud Roussillon, Thierry del Poso, le maire de Canet-en-Roussillon et vice-président de l’Agglomération Perpignan Méditerranée, Bernard Dupont ou encore Marie-Thérèse Sanchez-Schmid, députée européenne et conseillère municipale de la Ville de Perpignan, récemment promue parmi les 70 grands sarkozystes. Guillaume Lopez, responsable départemental de l’organisation des trentenaires entreprenants de l’UMP, les « Jeunes Actifs« , s’ajoute à ces élus partisans d’une UMP menée par l’ancien premier ministre. Ce dernier déclarait le même jour « Dans cette élection, je n’ai pas d’adversaire (…) je ne suis candidat contre personne » avant de recommander un « esprit de camaraderie » dans la campagne.

Partager