Langue

L’adjoint au maire de la ville de Thuir, Olivier Ferrand, élu député socialiste du département des Bouches-du-Rhône en juin 2012, est décédé soudainement le 30 juin. Cette jeune promesse du renouvellement politique français avait été interrogée par La Clau en 2006, lors de sa tentative de parachutage en Pays Catalan. A l’occasion des élections législatives de 2007, M. Ferrand avait été présenté par le PS parisien contre le candidat socialiste, devenu dissident, Pierre Aylagas. Cette division des voix de gauche avait alors conduit à la victoire de la candidate UMP Jacqueline Irles. Résidant intermittent à Collioure, épaulé par l’ancien premier ministre de François Mitterrand, Michel Rocard, et proche de Dominique Strauss-Kahn, qu’il avait défendu en mai 2011, Olivier Ferrand, enseignant en économie à l’ENA et Président du think tank rénovateur du PS, Terra Nova, était une personnalité en plein devenir à l’échelle hexagonale.

Missionné pour remplacer Christian Bourquin

En Pays Catalan, où il avait tenu un rôle davantage officiel que réel, cet ancien conseiller de Lionel Jospin, plus récemment proche du ministre de l’Intérieur Manuel Valls, avait été missionné pour engager une ambitieuse refonte de la sphère socialiste, face à une hégémonie incarnée par Christian Bourquin, alors Président du Conseil Général, jugé trop autoritaire par l’orthodoxie socialiste centrale. Olivier Ferrand est décédé au domicile de parents, à Velaux, dans les Bouches-du-Rhône, d’un arrêt cardiaque suite à un footing. A 42 ans, il avait été élu député le 17 juin dans la 8e circonscription de ce département provençal.

Partager