Langue

Plusieurs centaines de personnes ont assisté ce mercredi soir à un conseil municipal public, convoqué par le maire communiste de Cabestany, Jean Vila, qui promettait une « importante déclaration ». A la surprise générale, celle-ci concerne la démission de l’ensemble de la majorité de gauche, formalisée ce vendredi en préfecture, provoquant de fait une nouvelle élection, début novembre. Cabestany, dont l’intégration à Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération est imparable en dépit du refus de son maire, en poste depuis 1977, a ainsi sabordé sa mairie par réaction. Alors qu’un référendum sur l’intégration à l’agglomération était pressenti, le procédé employé consistera à exprimer un désespoir, car l’isolement de Cabestany sur la carte de l’agglomération est devenu criant. Jean Vila, qui sera canditat à sa propre succession, entend ainsi englober en un seul vote le « Oui » à sa personne et le « Non » à l’agglomération, dans une stratégie ultime. Par ailleurs, au pays des élections partielles, après celles de Perpignan, Saint-Cyprien, Canet, Mont-Louis et Saint-Estève, le village de Coustouges est appelé à désigner sept nouveaux conseillers municipaux, qui siégeront aux côtés du maire, Jean-Marie Malignon. Ce mercredi après-midi, la préfecture des Pyrénées-Orientales a confirmé cette nouvelle, attendue depuis plusieurs semaine. Le village du Haut-Vallespir votera les 24 et 31 octobre.

Partager

Icona de pantalla completa