Langue

L’impulsif député-maire de Pollestres, Daniel Mach, qui s’opposait ce mardi au recul de l’Etat dans la mise en œuvre de tests ADN dans le cadre du regroupement familial des populations immigrées en France, a démissionné le même jour de la présidence de l’UMP des Pyrénées-Orientales, qu’il occupait depuis mai 2008. Cette information, à préciser ce jeudi matin lors d’une « importante déclaration » en mairie de Pollestres, selon le cabinet de M. Mach, est révélée ce mercredi soir par la radio France Bleu Roussillon et le Quotidien L’Indépendant. Interrogé, l’intéressé nie tout lien entre son départ et le désaveu manifesté par la large élection à la mairie de Saint-Cyprien, dimanche dernier, du Nouveau Centre Thierry Del Poso, que l’UMP catalane avait tout bonnement écarté d’une primaire, le 22 juillet. Cette élection interne avait désigné à 56% une concurrente, Claudette Guiraud, mais celle-ci n’a attiré que 17% des voix au premier tour du scrutin cebrianenc. Entre les deux tours, l’UMP a changé de monture, en optant pour M. Del Poso, qui s’est économisé toute sympathie envers ce soutien de circonstances. La démission de M. Mach est accompagnée de celle du secrétaire adjoint du parti présidentiel en Pays Catalan, François Calvet, député-maire du Soler.

Partager

Icona de pantalla completa