Langue
La Clau
Crise politique en vue au Parlement catalan, partagé entre Barcelone et Madrid
Langue

Cette fin d’année est cruciale pour le Gouvernement catalan et le futur de son autonomie, parmi les plus fortes au sein d’un état européen, consacrée par son nouveau Statut approuvé en 2006. En effet, le pivot de la relation entre Barcelone et Madrid, le financement, c’est à dire l’autonomie financière de la Catalogne Sud et son degré de solidarité avec le reste de l’Espagne, doit être impérativement redéterminé avant le 31 décembre. Le président catalan José Montilla, membre du Parti des Socialistes de Catalogne, fédéré au PSOE, son homologue espagnol dirigé par José Luis Rodríguez Zapatero, marche sur des oeufs alors que sa majorité au Parlement catalan, à Barcelone, repose sur un accord avec les socio-démocrates souverainistes catalans de l’ERC et les ex-communistes et Verts d’ICV. Ce week-end, des négociations fraternelles se poursuivent discrètement, après que les députés PSC aient voté ces derniers jours le budget 2009 de l’Etat espagnol, avec lequel ils sont parvenus à un accord, à Madrid, tout en fissurant le front catalan établi avec leur opposition, à Barcelone, constituée par la première force politique de Catalogne Sud, Convergència i Unió, coalition de centre-droit. Suite à cet accord fondamental pour l’avenir de l’autonomie catalane se profile déjà une crise politique majeure, sur fond de crise économique.

Partager

Icona de pantalla completa