Langue

La mission officielle de « conciliation » du Parti Socialiste en Languedoc-Roussillon, dont le but est de réintégrer, cet été, 58 « gros » adhérents exclus pour fidélité accrue à Georges Frêche, se présente mal en Pays Catalan. Après 10 mois de silence absolu sur son blog personnel, la socialiste officielle la plus célèbre du territoire, Jacqueline Amiel-Donat, de retour sur Internet, ne ménage pas Georges Frêche, auquel elle reproche une incohérence entre promesses électorales et réalisations concrètes. Elle aborde le projet d’ordinateur portable pour tous les lycéens, annoncé le 26 janvier 2010 par le président régional, exclu du PS, qui a prévenu d’un « certain nombre de problèmes » à ce sujet, le 13 avril, avant de prévoir cette dotation informatique « dès la rentrée 2011, si possible avant ». A propos du « Train Express Régional à 1 euro », que M. Frêche annonçait pour le 1er janvier 2011, Mme Amiel-Donat dénonce un report « sur les quatre ans qui viennent », justifié par la gestion du succès supposé de cette mesure sociale. Au sujet du retrait de la vie politique du président du Languedoc-Roussillon pour raison de santé, jusqu’en juin, Mme Amiel-Donat décèle chez « certains électeurs » et « camarades » le « sentiment d’être floués ». Pour l’heure, la « conciliation » souhaitée par Martine Aubry, première secrétaire du PS, semble compromise.

Partager