Langue

La fin du purgatoire se profile pour la présidente du Conseil Général des Pyrénées-Orientales et conseillère régionale du Languedoc-Roussillon, Hermeline Malherbe, et pour son prédécesseur Christian Bourquin, qui préside le Languedoc-Roussillon depuis un mois. Ce samedi, à Paris, le Parti Socialiste s’est prononcé pour la réintégration de la plupart des alliés de Georges Frêche, après les avoir exclus le 23 février, lors de la campagne des élections régionales. Cette décision, qui concerne au total 41 des 58 frêchistes, a été proposée à l’occasion de la convention appelée « Egalité réelle » du parti. Elle concernera aussi, parmi une dizaine d’élus catalans, le conseiller général et régional Marcel Mateu ainsi que Jacques Cresta, conseiller régional et conseiller municipal de la ville de Cabestany. François Lamy, conseiller de la secrétaire générale du parti, Martine Aubry, prévoit de « proposer au vote de la convention » le retour au bercail des intéressés, qui présentent la particularité de maîtriser l’appareil PS, mais de l’extérieur, tandis qu’à Perpignan, le PS officiel est en sommeil. Si l’importance de cette mesure est anecdotique pour le parti, qui l’a adoptée oralement, la direction parisienne considère désormais que « les conditions du dialogue sont revenues et que le parti refonctionne normalement », notamment en Pays Catalan. A l’évidence, la mort de Georges Frêche a accéléré le processus, que l’on promettait finalisé avant Noël. Par ailleurs, le défunt homme fort du socialisme languedocien revient par l’intermédiaire d’un film, Le Président, qui sort en salle ce mercredi 15 décembre, dont 7 extraits sont désormais visibles.

Partager

Icona de pantalla completa