Langue

Un sondage publié le 1er mai par le quotidien barcelonais La Vanguardia place l’indépendantisme catalan à 43,7 %, contre 47,9% de partisans d’un maintien de la Catalogne au sein de l’Espagne. Cette étude de l’entreprise Feedback signalerait une baisse du souverainisme, à 47,4% en décembre dernier, selon ses propres calculs. Parallèlement, les intentions de vote aux élections du 27 septembre, qui recomposeront l’assemblée des 135 députés du Parlement catalan, présentent des changements. En effet, la coalition au pouvoir en Catalogne, Convergence et Union (CiU) obtiendrait 35 à 36 députés contre 50 dans l’actualité. Son partenaire de gouvernement, la Gauche Républicaine de Catalogne, passerait de 21 à 26 ou 27 et la formation libertaire Candidatures d’Unité Populaire (CUP) évoluerait de 3 à 10 ou 11 sièges. Ces trois composantes indépendantistes totaliseraient 71 à 74 députés, pour une majorité absolue située à 68. Le parti politique Podemos ferait son entrée à Barcelone avec 6 à 8 élus et la formation Ciutadans (Citoyens), réputée centralisatrice, passerait de 9 à 26, un bond spectaculaire, signal de structuration de l’anti-indépendantisme, qui lui ferait dépasser le Parti Socialiste de Catalogne, passant de 20 députés à 12 ou 13.

60% des sondés, pour une majorité limpide

Selon cette même étude, les fréquentes admonestations du Parti Popular au sujet d’un détachement catalan ne lui réussiraient pas : le parti du Premier ministre Mariano Rajoy, titulaire de 19 sièges, dont celui de la très médiatique Alícia Sánchez-Camacho, n’en obtiendrait que 9. Feedback évalue à 24,4% la proportion de sondés souhaitant qu’une indépendance de la Catalogne soit menée selon la majorité acquise le Parlement de Catalogne. Mais 60% estiment que la souveraineté ne pourrait être construite sans une majorité claire.

Partager

Icona de pantalla completa