Langue

La gestion hasardeuse de la crise météorologique de cette semaine par le Gouvernement catalan, face à des coupures d’électricité gigantesques et durables, menace fortement la coalition de gauche en place à Barcelone. Publié ce samedi, un sondage de l’institut Noxa pour le compte du journal La Vanguardia s’avère très négatif pour le pouvoir en place, composé en 2003 autour du Parti des Socialistes de Catalogne (PSC). La coalition rivale, Convergència i Unió (CiU), de l’ancien président catalan Jordi Pujol, gagnerait 12 points sur ses derniers résultats, obtenus en 2006, en attirant vers elle 44% des voix, soit jusqu’à 67 sièges de députés au Parlement de Catalogne, dont la majorité se situe à 68. CiU bénéficie d’une crédibilité accrue dans la tempête de neige et ses conséquences, par une attitude perçue comme plus responsable. Selon ce même sondage, les indépendantistes de gauche d’Esquerra Republicana de Catalogne (ERC), partenaires du PSC, dégringolent de 6 points et passent de 21 sièges à 12. La formation post-communiste et écologiste Iniciativa per Catalunya-Els Verds reste stable, à 12 sièges, mais le parti central, le PSC, accuse une chute de 5 sièges, en obtenant 32 députés. Sauf événement imprévu, l’élection du président de la Generalitat de Catalunya se déroulera à l’automne.

Partager