Langue

Ce lundi, le maire UMP de Prades, Jean Castex, promu conseiller social de l’Elysée en remplacement du titulaire, Raymond Soubie, qui quitte ses fonctions ce mardi soir, a exprimé sa détermination. Médiatisé comme jamais depuis le début de sa carrière administrative et politique, l’énarque de 45 ans, qui a conquis la ville de sa femme en 2008, a affirmé son intention de jouer la « continuité ». Succéder au père de la polémique réforme des retraites n’effraie pas le conseiller régional du Roussillon élu en mars dernier, qui a d’ailleurs été désigné par M. Soubie. Armé d’une expérience dans le secteur social et la santé, M. Castex, qui affirme « je suis de droite et je l’assume parfaitement » a été directeur de cabinet de Xavier Bertrand à deux reprises, d’abord au ministère de la Santé, en 2006-2007, puis au ministère du Travail, en 2007-2008, où il maîtrisé des dossiers difficiles, dont le service minimum dans les transports et la réforme des régimes spéciaux de retraite. Les premiers chantiers qui l’attendent concernent l’emploi des jeunes et des seniors, ainsi que la réforme de la dépendance.

Cette promotion est historique pour le Pays Catalan, dont les élus, hormis les parlementaires, sont absents des hautes sphères de l’Etat depuis plus de 50 ans. La fidélité de M. Castex au pouvoir UMP était déjà manifeste. Elle se résume à une de ses premières déclarations, effectué ce lundi après-midi à l’Agence France Presse lors de laquelle il affirmait se rendre « disponible pour le président de la République 24 heures sur 24 », tout en rentrant tous les week-end à Prades auprès des siens, son épouse et ses quatre filles.

Partager

Icona de pantalla completa