Langue

A deux mois des élections cantonales des 20 et 27 mars, les candidats présentés par le Parti Socialiste dans les Pyrénées-Orientales font l’objet d’une campagne commune sur la toile. La fédération territoire du parti de Martine Aubry, qui signalait ce mardi soir, dans une présentation d’un site dédié, la présence de « 15 candidats socialistes soutenus par Christian Bourquin », lance un site regroupant photographies, parcours et intentions des postulants, sous forme d’interviews. Les prétendants se soumettent à un questionnaire du type « Qu’est-ce qui motive votre candidature », « Quel est votre mot français préféré » et « Quel est votre mot catalan préféré ». Sans disposer de technique dernier cri, l’ensemble, conçu par l’agence de communication Caractère de Perpignan, promet de permettre de suivre la campagne « en direct ». La liste des candidats, qui contient certains noms de continuité, comme Pierre Aylagas sur le canton d’Argelès, Michel Moly sur celui de la Côte Vermeille, René Olive sur le canton de Thuir ou encore Pierre Esteve sur celui de Saint-Paul de Fenouillet, détient nombre de nouveaux visages, sensiblement ou notoirement plus jeunes, dont Mme Dominique Gazo sur le canton de Canet et Toussainte Calabrèse, postulante sur le quartier perpignanais du Bas-Vernet. Ce dernier secteur, également convoité par l’UMP Jean-Louis de Noell et le Front National Louis Aliot, constituera le point le plus chaud du scrutin.

A titre d’anecdote, le candidat sur le canton de Saint-Laurent de la Salanque, Louis Puig, battu lors d’une élection partielle sur la même zone, en juin 2010. Membre du Mouvement Démocrate de François Bayrou et ouvertement de centre-droit, M. Puig, maire de la commune de Claira et président de la Communauté de Communes Salanque-Méditerranée, avait reçu, comme il le reçoit aussi cette année, le soutien du PS, sans pour autant appartenir à ses rangs ni même se calquer sur sa doctrine. A ce sujet, la bel et bien socialiste Jacqueline Amiel-Donat, conseillère municipale de Perpignan, lançait ce lundi sur son blog « Il faut sauver José Puig (…) José Puig ne veut pas être candidat aux cantonales ! Respectons sa liberté ». Au-delà de l’ambiance et des détails d’usage, les plus perspicaces des observateurs et acteurs de la vie politique du Pays Catalan ne manquent pas de consulter les fichiers du Ministère de l’Intérieur, qui contiennent les résultats des cantonales précédentes, organisées en 2004.


Partager