Langue
La Clau
Cantonales en Pays Catalan: le PS s’allie aux souverainistes de gauche
Langue

Les unions stratégiques s’imposent en prévision des élections cantonales en Pays Catalan, notamment chez les forces de gauche. A l’instar du groupe qu’ils forment ensemble au sein de l’opposition municipale de Perpignan, le Parti Socialiste et le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) ont scellé leur union pour faire cause commune, officiellement ce vendredi. Sans disposer lui-même de postulant, le MRC a choisi, lors de sa dernière assemblée générale territoriale, de soutenir les candidats du PS au scrutin du printemps. Le parti souverainiste français de Jean-Pierre Chevènement, dont le plus haut représentant, autant dans les Pyrénées-Orientales qu’en Languedoc-Roussillon, est le conseiller municipal de Perpignan Olivier Amiel, jugeait « important », ce vendredi matin, de maintenir la majorité PS du Conseil Général, évidemment par la voie des cantonales. Selon son secrétariat, l’intérêt est que la gauche puisse « pérenniser les mesures de solidarité, d’aménagement du territoire et de développement économique, bénéfiques pour les habitants ».

De manière prévisible, le parti défenseur de la République Française et ennemi de ses évolutions territoriales internes, rejoint la président de l’assemblée départementale, Hermeline Malherbe, qui affirmait la difficulté de « surmonter cette épreuve historique », le 21 novembre 2010. Pour les représentants du MRC en Roussillon, la réforme des collectivités territoriales, « injuste », doit être condamnée, en guise de préalable à une « possible abrogation en 2012 ». L’union entre les deux formations a été conclue par la première secrétaire fédérale intérimaire du PS et conseillère municipale de Saint-Cyprien, Marie-Pierre Sadourny, et le MRC Patrick Medina. Ce dernier, responsable des relations avec les autres partis politiques, plusieurs fois candidat aux élections municipales de Banyuls, a posé avec elle, symboliquement face, à l’Hôtel du Département des Pyrénées-Orientales de Perpignan, ce vendredi matin. Le partenariat concerne les 14 candidats investis par le Parti Socialiste.

Partager