Langue

Le député-maire du Soler, François Calvet, a été élu nouveau président de l’UMP des Pyrénées-Orientales, ce vendredi soir à Perpignan, lors d’un scrutin unilatéral, en attirant 159 voix sur son nom sur un total de 192 électeurs. L’ancienne présidente, Jacqueline Irles, dont le mandat aura duré moins de 6 mois, a en effet retiré sa candidature au tout dernier moment, après qu’un sondage discret, effectué ces derniers jours, ait indiqué une victoire de son adversaire. Signe précurseur, le retrait de la députée-maire de Villeneuve de la raho a été précédée il y a quelques jours de son dépôt de candidature également au dernier moment.

La présidence Calvet, qui durera jusqu’à la fin 2013, comportera la préparation d’échéances électorales à la chaînes. Après les cantonales de 2011 surviendront les législatives de 2012, ou encore les municipales de 2014, sans compter les régionales, dans un nouveau schéma inhérent à la réforme territoriale lancée par l’Etat. Le nouveau président affirme vouloir améliorer l’image du parti, dans la proximité, et la visibilité du territoire dans les instances de pouvoir parisiennes. M. Calvet a d’ailleurs assumé jusqu’en mai dernier le rôle de secrétaire départemental du parti, aux côtés de son ancien président, Daniel Mach. Depuis, la scène UMP du Pays Catalan a bougé rapidement, car l’adversaire de Mme Irles lors de la conquête de la présidence, Jean Castex, vient d’être nommé conseiller social de l’Elysée. Sur une échelle plus générale, la présidence de M. Calvet s’ouvre sur un nouveau panorama, avec un nouveau président pour l’UMP depuis mercredi, Jean-François Copé, qui souhaite une « unité dans la diversité » au sein du parti.

Ce vendredi, l’un des participants à l’élection interne, membre du comité départemental, tranchait en évoquant une simple « parenthèse Irles », survenue à l’issue de deux années de présidence Mach. Ce dernier, épaulé par M. Calvet, avait été sanctionné par l’UMP parisienne après avoir investi Claudette Guiraud à l’élection municipale de Saint-Cyprien, remportée en septembre 2009 par Thierry del Poso, du Nouveau Centre, disqualifié par l’UMP territoriale. Dans les faits, cette erreur de casting en aura précédé une autre, incarnée par Mme Irles, élue à la tête d’un appareil politique puissant, mais varié, dont l’autorité intellectuelle, parfois à l’excès, reste l’ancien président Jean-Paul Alduy, en poste jusqu’en mai 2008. Par dessus le enouvellement de ce vendredi, le secrétaire départemental de l’UMP des Pyrénées-Orientales, Gilles Foxonet, 43 ans, désigné secrétaire départemental en juillet dernier, conserve sa fonction, sous la bienveillance de Paris. D’autre part, une ambition de M. Calvet envers les élections sénatoriales de septembre 2011 pourrait se confirmer dans les semaines qui viennent.

Partager

Icona de pantalla completa