Langue

La dernière séance du Conseil municipal de Banyuls-sur-mer, le 11 avril, s’est conclue sur une note inhabituelle dans un cadre démocratique, signée du maire UMP, Jean Rède. Cette assemblée s’était déjà illustrée en avril 2011 par un style vif, lors d’une séance jalonnée d’insultes variées, sur fond de polémique relative à l’inauguration d’un rond-point à la mémoire du général Bigeard. Cette fois-ci, le point n°21 était un « Point d’avancement sur la procédure en cours de délégation de service public du port de plaisance », c’est-à-dire une négociation de l’extension, confiée à une entreprise.

Geste de victoire, après un aval à 20 voix contre 7

Ce sujet polémique, qui comporterait un possible rognage de la plage centrale de la ville de Maillol, représente un coût de 25 millions. Après un débat de circonstances, donnant lieu à la réprobation de l’opposition municipale, composée du Parti Socialiste, du Parti Communiste et d’Europe Ecologie Les Verts, le ton est monté, le dialogue est passé du vif à l’agressif, puis le vote a permis une large validation par la majorité municipale, à 20 voix contre 7. Satisfait, le premier magistrat, âgé de 81 ans, s’est fendu d’un bras d’honneur à son opposition, capté par la caméra du service bénévole Banyuls Info. En France, le dernier geste comparable relayé par les médias revient au sénateur UMP de la Meuse, Gérard Longuet, qui s’adressait aux Algériens, le 30 octobre 2012.