Langue

La consultation organisée par le Parti Socialiste (PS) pour appuyer une union de toutes les gauches aux élections régionales est balayée d’un revers de manche par le Parti Communiste des Pyrénées-Orientales. Pour son secrétaire départemental, Nicolas Garcia, cette échéance, qui comporte 21 lieux de votation en Pays Catalan, est une «mascarade de référendum» proposée par Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire général du PS. Les communistes font équipe avec Europe Ecologie-Les Verts, la Nouvelle Gauche Socialiste, le Parti Occitan et le Parti de Gauche autour du candidat Gérard Onesta, sous la bannière «Nouveau Monde, Occitanie Catalogne, notre région en commun». Ils défient la candidature de la socialiste carole Delga en contestant le fait que la politique gouvernementale «soit une politique de gauche» et citent les salariés «bafoués» ou encore les projets de refonte du service public et du code du travail. Une bataille électronique s’engage, car le PS défend sa consultation sur le site spécial www.referendum-unite.com pendant que le PC assume un «contre référendum» ouvert à tous, pour une «vraie politique de gauche», sur www.referendum-gauche.com. Ces deux initiatives seront closes ce dimanche 16 octobre en soirée.

Un sondage invite la gauche à se galvaniser

Un sondage Ifop publié jeudi 15 octobre par les journaux du groupe La Dépêche du Midi situe le Front National (FN) en tête du premier tour en Midi-Pyrénées / Languedoc-Roussillon, le 6 décembre prochain, avec 28% des suffrages. Au second tour, la gauche socialiste, dirigée par Carole Delga, l’emporterait à la faveur d’une triangulaire, avec 38% des voix, contre 32% pour le candidat de la droite et du centre Dominique Reynié et 30% pour Louis Aliot (FN). Cette estimation est fondée sur l’hypothèse d’une union à gauche. Le candidat Gérard Onesta pourrait se maintenir au second tour, après avoir recueilli 11% au premier.