Langue
La Clau
Baroud d’honneur de Cabestany contre l’Agglomération de Perpignan
Langue

A moins d’un mois de l’entrée prévisible de la ville de Cabestany et de ses 8500 habitants au sein de Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération (PMCA), une protestation s’annonce. Mercredi 8 décembre, le maire communiste Jean Vila, invite élus, habitants et opposants à ce qu’il considère être une « intégration forcée », face à la préfecture des Pyrénées-Orientales. La majorité municipale s’appuie pour cela sur la légimité de l’élection partielle du 24 octobre, qui a comporté la reconduction du maire, qui figurait en unique candidat après le retrait de l’UMP. Suite à cet épisode, le 17 novembre, le conseil municipal de Cabestany a délibéré sur le projet de périmètre de l’Agglomération, comme l’indique la loi, en réaffirmant sa volonté de ne pas intégrer l’entité territoriale créée en 2000. Ce jeudi, la même majorité a jugé que « les conditions d’une coopération librement choisie et mutuellement avantageuse » ne sont pas réunies et dénoncé un « silence du Préfet », Jean-François Delage. Mercredi prochain, en fin de matinée, une délégation cabestanyenca se déplacera ainsi dans ses bureaux, à Perpignan, afin de lui remettre cette délibération.

Au-delà de ce nouvel avatar, cette mobilisation de la mairie de Cabestany, qui constitue un baroud d’honneur dans le contexte d’une intégration inévitable, est aussi une opposition à la réforme des collectivités territoriales engagée par Nicolas Sarkozy. Cependant, pour « mettre en échec le processus », M. Vila espère pouvoir profiter d’un amendement existant, qui autorise « temporairement l’enclavement de Cabestany ». Le maire, fervent défenseur de l’échelle municipale dont la France, avec 36.682 villes et villages, affiche le record européen, s’oppose aux regroupements, en vigueur dans le reste de l’Union Européenne. Selon lui, la « disparition des communes » et « l’uniformisation des impôts » sont les objectifs dangereux des nouveaux territoires créés, en l’occurrence l’Agglomération du Roussillon, qui s’élargira à 36 communes à compter du 1er janvier 2011. A l’occasion de sa dernière assemblée communautaire, lundi, PMCA a approuvé, entre autres dossiers, l’entrée de Cabestany, qui comptera 4 conseillers communautaires sur les 140 qui composeront son prochain exécutif.

Partager

Icona de pantalla completa