Langue

Le gouvernement catalan, dirigé par les partis de gauche PSC, ERC i ICV, ne considère pas opportun de mettre en place une loi spécifique à la Cerdagne, demandée en septembre par le « Consell comarcal » de la région, équivalent d’une communauté de communes. Les élus locaux du territoire avaient alors soumis au Parlement de Catalogne, à Barcelone, un projet d’unification de la Cerdagne, qui comprend deux parties équivalentes, sous administration française, et sous administration espagnole, cette dernière distribuée sur la province de Girona et sur celle de Lleida. La proposition cerdane, approuvée par tous les partis présents au sein Consell comarcal, CiU, PSC et ERC, demandait la reconnaissance de l’unité territoriale de la région, qui comprend seulement 25.000 habitants, dans un cadre transfrontalier, sur un modèle à rapprocher du Val d’Aran, dans le but d’obtenir une autonomie de décisions. Les partis au pouvoir à Barcelone, bien que partisans de la décentralisation, refusent ainsi d’inclure ce projet dans la nouvelle loi sud-catalane d’aménagement du territoire, qui prévoit la division du territoire en « vigueries » et non plus en « comarques », en vertu du schéma géographique historique de la Catalogne.

Partager

Icona de pantalla completa