Langue
La Clau
Avec Marine Le Pen, le Roussillon abrite une candidate à la présidentielle de 2012
Langue

Résidente temporaire en Pays Catalan, où elle a acquis une résidence l’été dernier, précisément dans la commune de Millas, Marine Le Pen est devenue présidente du Front National (FN) ce vendredi soir. A 42 ans, la fille benjamine de Jean-Marie Le Pen a obtenu 67,65 % des voix face à son rival Bruno Gollnish, en développant un style en rupture avec le passé du parti. Incarnant la femme moderne, deux fois divorcée, menant une vie de mère de trois enfants parallèle à une carrière politique, Marine Le Pen est créditée de 17% des intentions de vote lors de la présidentielle de 2012, selon un sondage de l’institut CSA pour l’hebdomadaire Marianne. La féroce héritière du fondateur du parti prépare depuis plusieurs années sa stratégie politique en vue du scrutin suprême, en compagnie de Louis Aliot. Désormais habitant de Millas, avocat installé à deux pas du Palais des Congrès de Perpignan depuis septembre dernier, et conseiller régional du Languedoc-Roussillon élu par les électeurs des Pyrénées-Orientales, ce dernier est candidat aux élections cantonales sur le canton du Bas-Vernet de Perpignan. Si l’éventuel soutien de terrain de Mme le Pen à M. Aliot paraît probable, le Roussillon est plus certainement l’un des grands lieux de préparation des stratégies de l’extrême droite pour la présidentielle. La villa Le Pen-Aliot, éloignée du centre-ville de Millas, peut même devenir la maison de tous les espoirs du FN, en vertu d’un autre sondage, qui précise que 40% des Français pressentent la qualification de Marine Le Pen au second tour. Historiquement, la dernière fois qu’une élection présidentielle a comporté la présente d’un ressortissant du Pays Catalan remonte à 1913, lors de la candidature malheureuse du député « républicain progressiste » originaire de Port-Vendres, Jules Pams.

Partager