Langue

Le domicile de la compagne du maire sortant de la ville de Salses, Jean-Jacques Lopez, qui tient lieu de permanence de campagne à l’occasion des élections municipales, a essayé un tir à la chevrotine, dans la soirée de jeudi 6 mars. Malgré un double vitrage, une balle de fusil a traversé une fenêtre du rez-de-chaussée avant de percuter un mur de la cuisine. Cet acte, perpétré contre cette habitation restée sans occupants jusqu’à vendredi 7 mars en soirée, comporte un contenu politique, selon les premières déclarations de M. Lopez, sans étiquette, soutenu par le Parti Socialiste.

Climat politique délétère

Ce samedi 8 mars, le comité de campagne du maire, par ailleurs conseiller général, intitulé « Les Amis de Jean-Jacques Lopez », dénonçait un « attentat à la chevrotine« , survenu après un « taggage des murs », des « courriers odieux anonymes » ou encore des « blogs toxiques » et des « mensonges ». Sur ordre du parquet de Perpignan, la cellule d’investissement criminelle de la gendarmerie a ouvert une enquête, assortie de différents relevés, recherches d’indices et sollicitations du voisinage, ce même samedi.