Langue

Le Premier ministre, Manuel Valls, procédera à l’inauguration du Mémorial du camp de Rivesaltes, jeudi 16 octobre. A cette occasion, il sera accompagné de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’État chargé des anciens combattants et de la mémoire, auprès du ministre de la Défense. Le site, désormais achevé, a été bâti sur la place d’Armes du camp militaire Joffre, transformé en camp de concentration en 1941. Dans des conditions précaires, à l’abri des regards, ses barbelés ont signalé le regroupement de républicains espagnols, juifs, tziganes, harkis et soldats allemands, soit 10.000 personnes. L’événement présidé par M. Valls devrait consacrer le cap de Rivesaltes dans la mémoire officielle française, qui n’en tient pas réellement compte.

Une visite confinée en 2013

Ce «Drancy du Sud», comme ose le nommer le magazine Les Inrocks du 3 octobre, pourrait attirer François Hollande. Le Président de la République est tenté par une visite ultérieure, début novembre, à un mois des élections régionales. Cette présence marquerait les lieux du sceau définitif de l’Etat, comme une révélation. Depuis son élection en 2012, la seule visite de François Hollande en Pays Catalan s’est déroulée le 24 janvier 2013. Le chef de l’Etat s’est déplacé à la citadelle de Perpignan, pour un hommage discret aux militaires de la Direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE) tués en Somalie.