Langue

Quatre mois après avoir remporté la présidence de l’UMP des Pyrénées-Orientales, le député-maire de Villeneuve de la raho, Jacqueline Irles, a piqué une colère inédite, ce mardi soir, en faisant évacuer la salle où se réunissait le comité départemental de son parti. L’étincelle a été l’intervention impromptue d’une militante de 33 ans, qui s’est déclarée candidate aux élections cantonales de mars 2011 sur le canton d’Argelès. Il s’agit de la propre attachée parlementaire de Mme Irles, Christine Llorens, qui travaille également, à Paris, aux côtés du président du groupe UMP de l’Assemblée nationale, Jean-François Copé. Mme Irles, surprise par cette annonce d’une cadette de 20 ans, s’est alors emportée, en arguant un ordre du jour à respecter. L’électricité de la salle a été coupée, supprimant l’éclairage et la sonorisation, et la centaine d’assistants, dont les députés du territoire et l’ensemble des cadres, ont été chassés. Les instances parisiennes du parti de Nicolas Sarkozy ont été averties, à l’oral et à l’écrit, du déroulement de cette soirée explosive et peu sérieuse, qui manifeste une forme d’errance politique. Une intervention directe du parti est prévue ce mercredi envers Mme Irles. Cette soudaine instabilité de l’UMP catalane, révélée par le journaliste Guillaume Clavaud, trouvera sa traduction lors des prochaines élections internes, les 22 et 23 octobre.

Partager

Icona de pantalla completa