Langue

La dernière ligne droite précédant le second tour des élections municipales prend une tournure négative à Céret, où le candidat Jean-Pierre Brazès, ostensiblement gênant, est la cible d’intentions peu avenantes. Jeudi 27 mars, quatre des colistiers de ce membre du parti centriste Union des Démocrates et Indépendants (UDI), ont été agressés verbalement, de manière appuyée, lors d’une distribution de tracts sur la voie publique. Mais après cet incident, dans une campagne relativement apaisée sur le terrain, plusieurs individus ont fait irruption dans la permanence du candidat, qui présidait une réunion. Ce dernier signale des « agressions physiques » portées sur sa personne et des membres de son équipe « Céret la Dynamique« .

Plainte en gendarmerie

Dans ce climat sensible, nourri de tensions nouvelles, une plainte relative aux imprécations et aux attaques physiques a été déposée ce vendredi 28 mars à la gendarmerie de Céret. Prônant le slogan « Ensemble, changeons Céret, Jean-Pierre Brazès, soutenu par l’UMP et Convergence Démocratique de Catalogne, espère un coup de théâtre, ce dimanche soir, en remportant la mairie. Pour le second tour de scrutin, sa liste figure aux côtés de celles menées par le maire divers gauche, Alain Torrent, et le sans étiquette François Brulé. Celui-ci ambitionnait dès 2013 une alliance pré-électorale avec le candidat socialiste Patrice Dorp, qui, faisant cavalier seul, a quitté la course à l’issue du premier tour, tout comme Jean Saseras, sans étiquette.