Langue

A la surprise générale, un accord politique a été pris ce samedi 9 janvier à Barcelone par la coalition de partis Junts pel Sí (ensemble pour le lui) et la formation anticapitaliste Candidatures d’Unité Populaire (CUP). L’addition de leur sièges obtenus lors des élections du 27 septembre, soit 72 députés sur un ensemble de 135 en poste au Parlement de Catalogne, constitue un bloc apte à élire un Président. Selon l’accord scellé par Junts pel Sí et la CUP au Palais de le Generalitat, à Barcelone, le président en fonction, Artur Mas, cédera sa place à Carles Puigdemont. Maire de Girona depuis 2011, membre du parti présidentiel Convergence Démocratique de Catalogne (CDC) et député au Parlement de Catalogne, C. Puigdemont est une personnalité plus consensuelle dotée d’un image de centre-gauche. Il ne fait pas figure d’épouvantail libéral aux yeux de la CUP, qui a fini par fléchir, après avoir fermement refusé tout soutien à Artur Mas, malgré un souverainiste partagé. A l’issue de trois mois de crise politique, la majorité indépendantiste désignée par les électeurs trouvera la traduction d’une mandature, 48 heures avant le terme légal qui aurait imposé la convocation de nouvelles élections. Carles Puigdemont sera ainsi le nouveau Président de la Generalitat de Catalogne à compter de ce lundi 11 janvier.

Artur Mas, a évoqué son retrait à 18h, en soulignant son caractère «douloureux» tout en mettant en avant les «bénéfices» pour le «pays». Il «reste à la disposition du futur président», dans l’objectif de mener une action politique, axée sur la stabilité politique et le programme pour l’indépendance de la Catalogne.

Partager